Concerts Spectacles "Reveries et autres pièces"

Le 20 décembre à la salle des fêtes de Modane et le 21 décembre à l'Auditorium Laurent Gerra (Val Cenis)

C’est un véritable cadeau que nous fera la pianiste Elisabeth Racle en interprétant ici en Haute Maurienne Vanoise, sur des chorégraphies de Nathalie Carreira, des oeuvres de son père, le compositeur Pierre Racle, dont trois créations : une sonate, Trois pièces poétiques et Rêveries. Ces trois oeuvres issues du répertoire foisonnant de Pierre Racle n’ont encore jamais été jouées !

Quittant Paris pour la montagne où elle s’installe il y a trois ans, à Valfréjus, cette musicienne qui a suivi les cours de l’Ecole normale de Musique de Paris et qui est médaillée d’or de l’Ecole nationale de Musique, de Danse et d’Art Dramatique de Saint-Germain-en-Laye (78) a commencé ici par donner des cours particuliers de piano, avant d’investir les Ateliers Rythmés de Val Cenis puis l’Etablissement d'Enseignement Artistique de la CCHMV (Modane et Val Cenis Lanslebourg).

« J’ai un contact particulier avec les gens d’ici, que je n’ai jamais connu ailleurs. Les enfants, ici, ne font pas que du ski, ils sont ouverts, curieux de tout et j’ai ressenti en Haute Maurienne Vanoise un véritable intérêt pour la musique et son apprentissage. L’accueil de ce territoire m’a beaucoup touché et je suis très heureuse de jouer des oeuvres de mon père à Modane et à Val-cenis. »

Ayant commencé le piano à l’âge de 5 ans, Elisabeth Racle a été naturellement touchée par la démarche de son père, qu’elle décrit comme un artiste romantique et moderne, un impressionniste qui pouvait très bien écrire sa musique après avoir contemplé un paysage, ou parfois le peindre, car il était aussi cet artiste-là... Pierre Racle est un inclassable, un compositeur typique de la musique française du début du XXe siècle (Ndlr : Fauré, Debussy... on l’a eu comparé à Satie), qui a composé beaucoup de musique de chambre, des trios, des sonates pour violoncelle, flûte et piano et des oeuvres spécifiques pour le piano...

« Je déchiffrais les partitions de mon père, qui composait parfois au beau milieu d’un repas ou dans les embouteillages à Paris, au volant de sa Citroën 2CV, en griffonant à la hâte sa musique sur un cahier. Ces partitions pouvaient ressembler à des brouillons, avec très peu d’annotations. Il me les montrait et ne m’en disait pas davantage, sinon : débrouille-toi ! Alors je les étudiais et quand enfin je pouvais les jouer devant lui, il me disait : c’est ça, c’est exactement cela que j’ai entendu en moi quand je l’ai composée. Il y avait cette communion-là entre lui et moi. »
Mais à ce 1er prix d’orchestre et 1er prix de violoncelle au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, la vie (ou plutôt son propre père) n’avait pas accordé le droit de
faire de la musique un métier. Pierre Racle a donc fait carrière chez Steiner Paris, le grand couturier et designer du siège français, où il dirigea un service. Ceci explique que « cet homme timide et rêveur », qui fut néanmoins titulaire des orgues de Chambourcy, qui fit jouer sa Cantate dans la prestigieuse salle Gaveau à Paris et qui enregistra un 33 t de chants liturgiques avec le Carmel de St-Germain-en-Laye n’ait jamais pensé ou eu le temps de diffuser son oeuvre.

Elisabeth Racle lui rendra hommage à la salle des fêtes de Modane et à l’auditorium Laurent Gerra tout en le faisant connaître. Vivement !

Plein tarif 12€ / Tarif réduit 8€ 
Informations et réservations à la Maison Cantonale de Modane (04 79 05 26 67) ou à l'antenne de la CCHMV de Val Cenis Lanslebourg (04 79 05 90 78)