Sentiers

Le GR5, le Petit Bonheur, le Tour de Haute Maurienne... Autant de sentiers empruntés chaque année par des milliers de randonneurs dont l’entretien, la promotion et le balisage au niveau local sont financés par la Communauté de communes.
 
 
Les agents de la CCHMV et de ses partenaires chargés de l'entretien inspectent régulièrement les sentiers. Cependant, si vous constatez un problème sur un sentier (arbre tombé sur le chemin, éboulement, problème de signalisation...), n'hésitez à le signaler à la Communauté de communes. Prenez une photo du secteur qui pose problème et envoyez là à a.carboni@cchmv.fr en indiquant les coordonnées du site. 
 

Arbres, rochers, coulées de boue : travaux d’Hercule sur les sentiers au printemps 2018 !

La montagne est un des milieux naturels les plus vivants qui soient : un sentier franchissant à l’automne un torrent tumultueux dans une pente à 45° peut ne plus exister après un hiver rude et avalancheux ! Pourtant, Homo randonicus marche sereinement sur son sentier avec pour objectif un col, un sommet ou un vallon de Vanoise : sa progression est balisée et le tracé devant lui, bien lisible et dégagé. Sa sérénité et sa sécurité, il les doit en partie à l’action des services municipaux, intercommunaux et du parc national qui entretiennent et restaurent les sentiers au printemps. Ils sont à l’œuvre en ce printemps 2018. Et comment !
 
Comme chaque année en cette période pré-estivale, communes et Communauté de communes Haute Maurienne Vanoise rouvrent les sentiers de randonnée et de VTT. Ces opérations consistent très habituellement pour les équipes de terrain à réemprunter à pied ou en VTT tous les sentiers pour l’entretien de printemps. Elles vérifient la signalétique, le balisage et la lisibilité du tracé, dégagent la végétation envahissante rétrécissant le passage, arasent l’assiette des sentiers (diminution de la densité des roches proéminentes gênant la progression du randonneur), bouchent les trous et creusements naturels, dégagent les blocs obstruant le passage, traitent des zones érodées par l’eau et les ruissellements, retaillent des marches dans les passages plus raides, rendent les gués franchissables, nettoient les renvois d’eau et bien entendu vérifient tous les ouvrages de franchissement (ponts, passerelles). Cela, c’est une campagne normale de printemps ! Budget alloué en 2018 : 100 000 € répartis en coûts de transport, de carburant, de salaires, d’outillage et de maintenance, d’équipements individuels, de location de véhicules de chantier.
 Cette année la campagne a pris une tournure de grands travaux et de défis. Le dernier hiver a été exceptionnel a bien des égards et ravageur, il a laissé de nombreuses cicatrices sur les sentiers. Il est tombé beaucoup plus de neige que d’habitude ce qui a multiplié les incidences d’avalanches et puis il y a eu la tempête Eleanor arrivant de l’Ouest en janvier, qui a secoué les forêts du territoire Haute Maurienne Vanoise. S’ajoutent, depuis le milieu du printemps, les conséquences de la fonte des neiges, avec l’engorgement des sols et des coulées…
 
Deux équipes à l’œuvre, l’une pour les sentiers de randonnée, l’autre pour les sentiers de VTT
 
Depuis le 14 mai une équipe de terrain s’occupe d’arrache-pied de la réouverture des sentiers de randonnée et depuis le 23 mai, une autre équipe s’occupe des sentiers de VTT. Elles ont « attaqué » le travail par le GR5 qui descend de Valfréjus, puis ont enchaîné sur les secteurs du Vallon de l’Orgère, du Vallon de Polset, d’Aussois, de Sardières-Monolithe… Pour les sentiers VTT, les chantiers ont commencé par Aussois et La Norma et se poursuivent en altitude en suivant la fonte des neiges. Les équipes appartiennent à deux entreprises retenues dans le cadre d’un appel d’offres : l’une privée, FX Montagne et Paysage, s’occupe plus particulièrement des sentiers de randonnée ; l’autre, l’Office National des Forêt (ONF), s’occupe des sentiers VTT. Six personnes sont sur le terrain : deux pour la rando, deux pour le VTT, auxquelles s’ajoutent deux personnes venant en renfort dans la semaine. Ces équipes doivent vérifier et entretenir 400 km de sentiers de randonnée et 200 km de sentiers VTT d’intérêt communautaire (sur 1 500 km de chemins, sentiers, pistes que compte le territoire). A l’entretien des sentiers VTT s’ajoute le remontage des bike-parks démontés avant l’hiver dans les villages et les stations (Valfréjus, Aussois, La Norma, Val-Cenis-Bramans, Val-Cenis-Lanslevillard, Bessans).
 Pour Arnaud Carboni, chargé de projet « Activités de pleine nature » à la CCHMV, la réouverture des sentiers prend cette année des allures de travaux d’Hercule ! « On observe d’innombrables chablis et volis à dégager sur les sentiers (Ndlr : chablis, arbres déracinés tombés au sol ; volis, arbres cassés au niveau du tronc, non-déracinés). Il y a aussi les coulées de boue qui ont recouvert des tronçons et puis des portions entières de sentiers à refaire, car leur tracé a totalement disparu ! ». L’incidence de ces dégâts sur la progression de la mission est forte : par exemple sur le GR5 en direction de l’Orgère : l’équipe d’Arnaud Carboni a consacré deux journées pour ouvrir le sentier, alors qu’une seule aurait dû suffire en temps normal. Partout il faut s’adapter à l’état des chemins et la mission entre dans une course contre la montre, car il faut être prêt pour juillet ! Arnaud Carboni a d’ailleurs briefé ses équipes : « L’urgence est d’ouvrir les chemins, faites le nécessaire pour que les sentiers soient praticables au plus tôt. Nous ferons les finitions dans un second temps » L’objectif c'est l’ouverture d’un maximum de chemins pour l’été qui arrive.
 
 

La précieuse collaboration des « sentinelles »

Arnaud Carboni relance cette année l’appel habituellement adressé aux premiers randonneurs du printemps. Des gens du pays le plus souvent, qui n’attendent pas que les travaux d’entretien soient terminés pour renouer avec leurs jardins secrets en altitude et qui signalent les obstacles rencontrés sur leurs sentiers et les portions très abimées. Ces sentinelles peuvent faire des photos et les adresser au service. Certaines alertes sont suivies d’interventions rapides voire prioritaires. En revanche, Arnaud Carboni dissuade tout randonneur de tenter de nettoyer lui-même un sentier obstrué car la tâche n’est pas toujours sans risque : gare aux troncs et rochers instables ! 
Ces sentinelles - des bénévoles - jouent un rôle essentiel en permettant d’accélérer la réouverture des sentiers. « Plus vite on a l’info, plus vite on peut envoyer nos équipes et même prioriser des secteurs. » Et Arnaud Carboni de préciser que ces alertes ne fonctionnent pas que pour les sentiers d’intérêt communautaire sur lesquels la CCHMV applique sa compétence mais aussi pour les sentiers communaux ou du Parc national de la Vanoise. Dans ce cas l’alerte est transférée au niveau de la commune ou des bureaux locaux du PNV.
 
Pour joindre le service :
Mail : a.carboni@cchmv.fr
Tél. 04 79 05 53 61